Historique

1984
Un comité composé d’organismes et de citoyens provenant de différents horizons entame des travaux devant mener à la création d’un organisme s’adressant aux jeunes femmes en difficulté dans les rues de Montréal. L’objectif déjà à ce moment : une maison pour les accueillir.

1986
Le 25 août 1986, le Centre de secours aux jeunes prostituées de Montréal est incorporé à titre d’organisme de charité. Sa mission s’appuie sur les constats et recommandations des  rapports sur la prostitution juvénile du CSS Ville-Marie de 1982, du rapport Badgley, paru en 1984, et du rapport Frazer, publié en 1985.

1987 
Année internationale du logement des sans-abri : une équipe de quatre personnes est chargée de développer l’organisme. Commence aussi le travail de rue.

1988 
Un petit bureau sert de base aux travailleuses de rue et d’espace de soutien aux jeunes femmes.

1989 
Don substantiel : la Ville de Montréal cède l’édifice actuel au loyer fictif d’1$/mois, avec un bail de 43 ans. Première campagne de financement dont l’objectif était de 200 000$ pour assurer les frais d’opération de la résidence.

1990 
Grâce aux dons de diverses fondations et de Centraide ainsi qu’à des subventions gouvernementales, les rénovations sont complétées et la résidence est inaugurée le 15 mars. La maison se définit alors comme une ressource d’hébergement long terme de 17 places pour jeunes femmes de 14 à 24 ans, une première au Québec et une des rares ressources au Canada s’adressant ouvertement aux jeunes femmes prostituées ou à risque de le devenir.

1994 
Le prix Alphonse Desjardins, Action de type communautaire, les marathons des Écoles Catholiques et Jacob viennent soutenir l’organisme traversé par une crise financière. 
C’est aussi le cinquième anniversaire de la maison d’hébergement célébré au Zest en présence de Sophie Lorain, qui devient alors porte-parole de l’organisme.
Puis Passages fait du cinéma ! Participation au tournage d’un film d’Anne-Claire Poirier et à la tournée Sidérance.

1997 
Passages devient propriétaire et s’adresse maintenant aux jeunes femmes de 16 à 22 ans. 
Création de la vidéo d’animation L’autre côté de la rue dont l’animation et la diffusion dans différents milieux sont assurées par 7 jeunes femmes.

1999 
L’autre côté de la rue devient un projet porté par 2 formatrices issues du milieu. L’insertion passe aussi par les ateliers d’art, nouveaux à Passages, et associés au projet La boîte à jobs.

2000 
Passages change de vocation et devient une ressource d’hébergement et d’insertion pour jeunes femmes en difficulté. D’ailleurs, l’hébergement offre 9 places depuis quelque temps.

2001 
Période de grands changements. L’accueil et l’hébergement (de 1 à 3 jours) sont désormais offerts à des jeunes femmes de 18 à 30 ans. Arrêt du travail de rue.

2002 
Grâce à une contribution du gouvernement fédéral, à une bonification importante du financement provincial et aux bénéfices de la soirée Angèle Dubeau et la Pièta, l’hébergement à bas seuil est à nouveau offert.

2005 
L’immeuble occupé par Passages est dégagé de toute hypothèque et la maison fait peau neuve grâce à une contribution fédérale. Seize places sont désormais disponibles,  dont 5 pour des séjours de quelques mois.

2006 
Passages a 20 ans!
Développement du projet de logement social de 6 unités avec soutien communautaire dans l’arrondissement Hochelaga-Maisonneuve.
La plateforme de revendication « Pour une politique en itinérance » voit le jour. 

2008
Commission parlementaire sur l’itinérance siège à Montréal : Passages y dépose un mémoire et les Passagères y présentent le Manifeste des Passagères.

2011
Passages souligne ses 25 années d’existence sous le thème « Être ensemble ».
L’organisme accueille désormais 14 locataires dans la cadre de son volet « Soutien communautaire en logement social ».
De leur côté, les ateliers ont évolué au fil du temps. Les séances d’écriture laissent désormais place à la danse, à la demande des femmes.

2012
Parution du magazine
Dans mes tripes sur le thème des grossesses non-planifiées. Ce projet a été chapeauté par une intervenante et réalisé par les Passagères avec la collaboration d’un comité de lecture, de la direction de l’organisme, de graphistes et la participation financière du Forum jeunesse de l’île de Montréal.

2014
Nouveau projet d’insertion sociale pour les femmes : création d’un jardin dans la cour arrière de la maison en partenariat avec Alternatives et la participation financière du Forum jeunesse de l’île de Montréal.

2016
Touchée par notre ouverture et notre acceptation des femmes sans condition et convaincue de notre impact positif concret sur la vie de ces jeunes femmes, la comédienne Caroline Dhavernas devient la porte-parole de l’organisme.